EBOOK – PALESTINE BY NIGHTS

4,99


Palestine by nights voulait être le carnet de bord d’un expatrié français travaillant à Naplouse, la grande ville du nord des territoires occupés. Le choc des cultures, la sensualité orientale, la violence de l’occupation israélienne, mais aussi la mort soudaine d’un père en ont décidé autrement. Entre reportage et divagations, ce livre nous rappelle alors qu’il est des voyages ailleurs qui se muent en quêtes intérieures. Le carnet se fait intime, comme écrit par un adulescent de 50 ans, qui, angoissé, déprimé, stressé, mais toujours curieux et engagé, se demande ce qu’« être humain » veut dire là où les Droits de l’Homme sont impunément bafoués.

Description

Genre : récit, histoire vraie

Version numérique : 4,99 €

Fichiers : .epub .mobi .pdf

ISBN : 978-2-38124-004-6


Palestine by nights aurait pu être le carnet de bord quotidien d’un expatrié français vivant et travaillant à Naplouse, Palestine, ville traditionnelle et enclavée du nord des territoires occupés. Le choc des cultures, la sensualité orientale, le poids de l’occupation, mais aussi la médiocrité du monde diplomatique français, la « crise de la cinquantaine » et surtout la mort soudaine d’un père en ont décidé autrement…

Nuit 7. Le soleil s’est couché comme un œil se clôt. Il était jaune et plein, écrasait de la brume à pleines mains au loin, au-dessus de la mer. Puis il fut orangé, drapé d’un coup de gros nuages : la brume entre temps avait enfanté. Il y eut un moment de rouge intense, entre deux baisers, trois murmures, et nos membres tendus malgré nous. Et puis soudain plus rien : l’horizon avala le soleil comme une bouche malade ingurgite un cachet. Le jour, fade, avait ressemblé à une migraine qui ne veut pas lâcher prise. La nuit serait un baume, ou bien un cataplasme. Mais avant qu’elle ne nous écrase, nous serons rentrés nous protéger. Lui chez lui, moi chez moi. Un jour viendra peut-être où nous serons réunis, et, ce jour-là, le soleil sera au firmament.

Après son premier livre de « jeune » auteur, Naplouse, Palestine — Portraits d’une occupation, un recueil où il s’ouvrait aux autres et livrait vingt-et-unes chroniques au plus près des palestiniens et palestiniennes côtoyés pendant trois ans, Stéphane Aucante remplit les blancs laissés entre chaque portrait et comprend à quel point certains l’ont affecté. Infecté peut-être… En cherchant à s’approcher de la vérité des autres, aurait-il trouvé un peu de la sienne ?…
Dans ce nouvel opus arabo-musulman, l’apprenti diplomate retourne le miroir et nous avoue, par fragments, sans fard ni pudeur, mais avec la même sensibilité, la même humanité, le même sens du détail et de l’humour parfois que dans ses portraits palestiniens, à quel point son expérience dans les territoires occupés l’a secoué et transformé. Après la lumière du regard bienveillant posé sur les autres, des nuits claires puis des jours gris d’introspection et de coups d’œil plus aigres. Des nuits d’amour et des jours de deuil aussi…
Entre reportage, divagations et moments quasi contés, par envols ou par touches, Palestine by nights rappelle au fond qu’il est des voyages ailleurs qui se muent en quêtes intérieures. A moins qu’il s’agisse d’un journal intime, celui d’un adolescent occidental de cinquante ans, qui, angoissé, déprimé, stressé, mais malgré tout curieux et engagé, se demande ce qu’« être humain » peut bien vouloir dire…

Avis

Avis

Aucun avis pour l'instant

Soyez le premier à donner votre avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *