Les différents sens et effets d’un titre de roman

Je suis certaine que vous savez que le titre d’une œuvre doit être choisi consciencieusement ; mais saviez-vous que les titres provoquent divers sens et effets sur vos lecteurs potentiels ? Ces sens et effets, nous les appelons les fonctions du titre en théorie littéraire. Elles sont très précises et peuvent par conséquent influencer les acheteurs. L’un des premiers éléments que l’on voit d’un livre est son titre : il s’agit de la première entrée dans l’œuvre et il façonne l’horizon d’attente.

Petite mise en contexte par l’histoire du titre à travers les époques

Depuis la Renaissance, le titre est court, concis : ce qui n’était absolument pas le cas avant. Connaissez-vous le titre original de la très célèbre œuvre de Daniel Defoe sobrement intitulé Robinson Crusoé aujourd’hui ? Non ? Alors le voici pour mon plus grand plaisir : La vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé de York, marin, qui vécut 28 ans sur une île déserte sur la côte de l’Amérique, près de l’embouchure du grand fleuve Orénoque, à la suite d’un naufrage où tous périrent à l’exception de lui-même, et comment il fut délivré d’une manière tout aussi étrange par des pirates. Ecrit par lui-même. Voilà, il s’agit d’un titre excessivement et ridiculement long – bien qu’à ce stade c’est plutôt un résumé de quatrième de couverture. De nos jours, impossible de voir un livre avec un titre pareil, et pour cause !

Au XVIIème siècle, les titres renvoient généralement à des personnages typiques ou encore à une histoire de vérité générale (Le Berger extravagant de Charles Sorel, Les Désordres de l’Amour de Marie-Catherine Desjardins, dite de Villedieu). Ensuite, à partir du XVIIIème siècle – environ – l’individualisme moderne prend le dessus et on se trouve à présent avec des histoires originales avec des personnes étranges, particuliers et prône avec lui le goût des titres longs décrivant les actions d’un personnage (voir notre cher Robinson).

Le XIXème siècle arrive avec son goût pour les titres comportant l’identité civile du protagoniste : cette inclination dépeint parfaitement la volonté de l’époque à créer des effets réalistes, propres à la réalité (Thérèse Raquin d’Emile Zola, initialement intitulé Un mariage d’amour). Puis, au XXème siècle, on passe à des titres dits objets pour aller à l’encontre de la dimension humaniste du roman traditionnel ou encore pour dénoncer la société de consommation où l’individu se chosifie (La Planétarium de Nathalie Sarraute).

Quelles sont les fonctions d’un titre de roman ?

Gérard Genette définit quatre grandes fonctions du titre ; sachant qu’un titre peut remplir plusieurs  un titre peut souvent avoir plus d’une fonction décrite par Genette dans Seuils, publié aux éditions Seuil en 1987.

La fonction d’identification du titre

Il s’agit de la fonction la plus simple mais aussi de la plus importante : c’est la carte d’identité du livre. Cette fonction d’identification est difficilement dissociable des autres fonctions. Le titre sert tout simplement de repère pour l’œuvre : par exemple, quand on parle du Rouge et le Noir, nous savons tous très bien qu’il s’agit de l’œuvre de Stendhal. Les mots utilisés ne sont pas importants en soit – pour cette fonction –, si le roman de Stendhal s’intitulait « Le Bleu et le Vert », il aurait eu le même effet sur son lectorat ; il aurait tout aussi bien porté sa fonction d’identification, presque à l’image du numéro ISBN (même si, bien évidemment, il est obligatoire d’avoir un numéro ISBN qui remplit encore mieux cette mission, chaque numéro étant différent). Voilà pourquoi le titre de votre roman doit tendre vers l’originalité.

La fonction descriptive du titre de roman

Comme son nom l’indique, le titre correspondant à cette fonction doit forcément, d’une manière ou d’une autre, décrire le livre en donnant un ou des indices explicites ou non sur son contenu. Il existe deux types de titres descriptifs :

  1. Les titres thématiques : ce sont des titres qui désignent le contenu du texte, ce dont on parle dans le livre. Ainsi, on y trouve les titres littéraux qui renvoient à un sujet central composé de deux pôles, deux personnages principaux, etc. ; les titres métonymiques qui renvoient à un personnage ou un événement secondaire (ex : Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas) ; les titres métaphoriques qui renvoient indirectement au contenu du texte (ex : Le Rouge et le Noir de Stendhal) ; les titres antiphrastiques qui renvoient à une certaine ironie ou à une antiphrase (La Joie de Vivre d’Emile Zola).
  2. Les titres rhématiques : ce sont des titres désignant la façon dont on parle de quelque chose. On retrouve, par conséquent, les titres génériques qui renvoient à l’appartenance d’un genre littéraire (Le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jan Potocki et Le Roman Comique de Paul Scarron, le manuscrit est un genre, une forme de littérature) ; et les titres para-génériques qui, quant à eux, font appel au très formel mais de façon très générale (Le Décaméron de Boccace, qui fait référence à un élément de la forme, ici cela signifie littéralement le « livre des dix journées »).

La fonction connotative du titre d’un livre

La fonction connotative correspond à toutes les significations annexes au livre indépendamment de la fonction descriptive. Les titres peuvent être connotatifs d’une époque, d’un auteur, d’un genre littéraire : Quatre-vingt-treize de Victor Hugo fait référence à une époque bien précise, la Révolution française, ainsi on comprend rapidement qu’il s’agit d’un roman historique ; Cinq-Mars d’Alfred de Vigny correspond à un nom de famille et non pas une date, il s’agit d’un roman historique aussi ; on peut également noter les romans de Georges Sand tels que Leone Leoni, André, Jacques ont pour titre des prénoms d’hommes et de femmes et sont donc connotatifs d’un auteur, ce sont des titres littéraux.

La fonction dite « séductive » du titre d’un ouvrage

Ces titres sont censés attirer le lecteur d’une manière plutôt originale. En effet, ils peuvent intriguer de par leur sonorité (Onitsha de Jean-Marie-Gustave Le Clézio), par des images évocatrices ou insolites (Le Charme Noir de Yann Queffelec), par l’excès de longueur (comme nous l’avons vu avec Robinson Crusoé de Daniel Defoe), ou encore par la confusion (Là-Bas de Joris-Karl Huysmans et Soie d’Alessandro Baricco).

Quels en sont les effets sur le lecteur ?

Pour mieux comprendre les enjeux des fonctions de votre titre, je vais exposer un exemple concret. Pour son roman que nous connaissons aujourd’hui sous le nom des Trois Mousquetaires, Alexandre Dumas avait initialement proposé un titre très différent composé simplement des prénoms des mousquetaires de son histoire. Son éditeur lui expliqua que cela ne fonctionnerait pas, que ce titre n’attirerait aucunement les lecteurs, et lui proposa donc le titre définitif « plus nouveau, plus populaire » que l’on connaît tous. Il faut savoir que beaucoup de lecteurs menaçaient de résilier leurs abonnements simplement à cause d’un titre qui pouvait ne pas leur convenir. D’ailleurs, avec le titre qu’avait proposé Dumas, beaucoup d’entre eux se seraient permis des réflexions sexistes du genre « qui sont ces bonnes femmes ? » Il était alors nécessaire de choisir un titre plus neutre et davantage accrocheur, nouveau.

Est-ce que vous voyez où je veux en venir ? Je pense que oui : le titre de votre ouvrage doit non seulement plaire à la majorité mais aussi titiller votre lecteur potentiel ; et pour cela vous avez plusieurs façons de procéder ! Pourquoi ne pas inventer ou trouver un terme aux sonorités un petit peu étrange dans une autre langue pour que votre titre ressorte dans la masse ? Ou bien avec des connotations à double sens ? Un titre qui évoquera quelque chose à votre lecteur, quel qu’il soit, l’incitera à prendre votre livre en ses mains pour en lire le résumé : à ce moment-là, le pari est déjà presque gagné !

Interview de Fabienne Candela, auteure youStory

1 septembre 2022

Comment attribuer un numéro ISBN ?

1 septembre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *