Comment vendre un livre ?

Comment vendre un livre ?

Cette question se dessine sur toutes les lèvres d’auteurs autoédités. Elle taraude aussi les auteurs publiés par de petits éditeurs qui n’ont pas les moyens de mettre en place des campagnes de communication massives pour promouvoir leurs ouvrages. Vendre son livre au plus grand nombre se révèle loin d’être facile et beaucoup d’aspirants aux bestsellers sont rapidement déçus, voire frustrés, par le faible nombre d’exemplaires écoulés. Relevez la tête chers amis auteurs : pour vendre un livre, il faut faire preuve d’une détermination sans failles, avoir du temps et connaître quelques techniques de base, comme celles-ci.

1. Écrire un livre qui donne envie d’être partagé

Comme souvent, c’est la base du succès. Un livre ne peut se vendre s’il est mauvais. Aussi tapageuse soit votre promotion, si la promesse d’un livre de qualité n’est pas tenue, votre livre fera un flop. Et c’est d’autant plus vrai aujourd’hui avec la prééminence des réseaux sociaux. Il y a encore 20 ans, lorsque votre livre était bon, le bouche-à-oreille participait aux bonnes ventes d’un livre. S’il était mauvais, personne n’en entendait parler. Aujourd’hui, ce bouche-à-oreille s’est amplifié à l’heure des Facebook et Instagram ; il est devenu viral. Un lecteur qui apprécie votre livre, va le dire à ses « amis » virtuels en postant une photo de lui-même en train de lire ce livre. Un lecteur qui adore votre livre ira plus loin : il postera non seulement une photo où la star sera votre livre – et non lui-même – et il expliquera aussi son coup de cœur en quelques lignes. Les plus fans et les influenceurs en feront même une critique détaillée ! À n’en pas douter, la curiosité de leurs proches sera attisée. Ils le liront à leur tour et le phénomène deviendra viral. A contrario, si votre livre est mauvais, il suffira d’une poignée de critique négative pour enterrer définitivement vos espoirs de bestseller.

2. Soigner les couvertures d’un livre

Rien de très original dans ce conseil, mais la couverture et la 4e de couverture de votre livre jouent un tel rôle dans les ventes d’un livre qu’il convient de les bichonner dans les moindres détails ! Pourquoi ? Parce que votre couverture est la première chose que verront vos lecteurs potentiels et la 4e de couverture est la seconde. De leur qualité dépend l’acte d’achat impulsif. Les lecteurs les plus aguerris s’en remettront également aux avis internet pour faire leur choix (cf. le point précédent). Soigner vos couvertures signifie plusieurs choses :

  • Réaliser une couverture qui se démarquera des millions d’autres sur le marché.
  • Réaliser une couverture qui s’adaptera aussi bien au format papier (dimensions originales) qu’au format numérique (dimensions vignette à zoom x10).
  • Rédiger un texte de 4e de couverture qui donnera envie aux lecteurs d’en lire plus.
  • Mettre une photo de présentation qui vous mettra en valeur sinon ne surtout pas en mettre.
  • Intégrer un extrait de critique du livre ou un passage qui représentera votre oeuvre (une phrase pas plus !).

3. Séduisez les journalistes, blogueurs et autres influenceurs

Faire parler de votre livre dans les médias peut paraitre irréalisable et, en effet, il n’est pas simple à accomplir. Ce n’est pas tant le fait de contacter ces journalistes, blogueurs et autres influenceurs qui est difficile mais bien de leur donner envie de lire votre livre et d’en parler. Normal, ils sont sollicités de toute part. À vous de savoir les séduire et de définir d’éventuelles contrepartie, dans le cadre de partenariats. Un journaliste accroché, c’est la possibilité d’un article dans la presse ou une citation dans une chronique littéraire web ou télévisée. Un blogueur accroché, c’est la garantie d’un article sur son blog qui sera visible dans le monde entier. Un influenceur accroché, c’est l’assurance d’une critique mettant en avant votre ouvrage auprès de toute sa communauté. Pour réussir vos relations presse, un seul moyen : cibler minutieusement vos journalistes, blogueurs et influenceurs. Ne contactez pas un journaliste sportif pour un ouvrage consacré aux libellules cendrées, un bloggeur de voyage pour un livre éducatif ou une influenceuse fan de Fantasy pour un essai philosophique scandinave. Et pendant que vous y êtes, envoyez-leur votre livre en format papier, ils vous le rendront bien.

4. Soigner son image d’auteur

C’est souvent un sujet où le bât blesse. Vous êtes nombreux à négliger votre image de marque alors que vous devriez savoir vous vendre autant que votre bouquin ! Derrière un livre, il y a toujours un auteur. Les journalistes et les blogueurs sont souvent friands de ces histoires d’auteur, et de storytelling en général, car ils doivent faire rêver leur audience / lectorat. Si votre livre est de qualité, c’est un bon point. Si votre histoire d’auteur possède de l’intérêt, c’est bien mieux. Synthétisez votre parcours, votre style littéraire et vos aspirations sur votre site web d’auteur. Passez chez le coiffeur et faites les boutiques avant de vous faire shooter par un photographe professionnel. Créez vos profils sociaux (Facebook et Instagram a minima) comme un professionnel et animez-les régulièrement, sans tomber dans la publicité intempestive mais plutôt en entretenant votre histoire d’auteur.

5. Rencontrer ses lecteurs sur Internet

En parlant de blog d’auteur et de réseaux sociaux, qui sont les supports incontournables pour aller à la rencontre de vos lecteurs sur le web, vous pouvez également créer une chaîne YouTube pour poster vos vidéos de présentation, interviews, chroniques diffusées a propos de votre ouvrage. N’hésitez pas à fréquenter certains forums de discussions pour mettre en avant votre livre. Sur ces forums, comme sur les réseaux sociaux, on vous blacklistera si vous faites trop de publicité alors faites-le avec parcimonie, on attend surtout de vous de participer à des discussions. Faites également des recherches sur les moteurs de recherche pour découvrir si votre livre est cité, pour répondre à une critique postée ou pour défendre votre beefsteak en cas d’attaque infondée.

6. Rencontrer ses lecteurs dans la réalité

N’oubliez pas qu’une frange de vos lecteurs ne fréquentent pas ou peu internet, il est donc essentiel d’aller à leur rencontre dans la vraie vie. Pour se faire, vous disposez d’un panel événements qui occupera votre temps libre. Ils ne sont pas toujours faciles d’accès mais, pour obtenir des résultats, vous devez multiplier les tentatives :

  • Organisez des séances de dédicaces dans les librairies de quartier et les enseignes Cultura.
  • Participez aux salons du livre locaux, régionaux et spécialisés, seul ou avec votre éditeur.
  • Séduisez les libraires pour qu’ils vous référencent dans leur boutique.
  • Participez à des lectures publiques, ateliers, rencontres et autres conférences débats.
  • Intégrez-vous dans le tissu culturel local pour rencontrer et échanger avec d’autres artistes.

7. Écrire des sagas incontournables

C’est un point délicat, à double tranchant. Seuls les auteurs les plus courageux peuvent s’y risquer. Écrire une saga qui serait adoubée dans le monde entier, c’est la promesse d’une success story à la J. K. Rowling. Écrire une saga incontournable, c’est l’assurance de vivre de votre plume, à vie. Sauf que tout cela n’est qu’un mirage parmi tant d’autres, qui s’offre à un auteur sur un million ! Pourquoi pas vous, vous me direz ? Restons les pieds sur terre, une saga permet surtout de fidéliser votre lectorat, livre après livre. Certains éditeurs affirment qu’un auteur peut vivre de sa plume après avoir publié une dizaine de bouquins, le premier attirant un certain nombre de lecteurs, le deuxième attirant potentiellement ces mêmes lecteurs plus de nouveaux, et ainsi de suite. Si c’est le cas, écrire des sagas facilite la création d’une communauté de lecteurs toujours plus nombreux qui vous suivront au fil des opus… ou pas. Certains éditeurs pensent en effet que les suites peinent souvent à réunir autant de lecteurs que le premier opus. Je vous laisse vous faire votre propre opinion.

8. Confier sa création et promotion de livre à un professionnel

Écrire un super livre, réaliser de super couvertures, mener de super relations presse, soigner sa super présentation d’auteur, rencontrer ses lecteurs avec un super enthousiasme partout dans le monde et sur internet… Autant de points qui, additionnés, peuvent s’élever dans votre esprit comme une chaîne de montagne infranchissable. Je ne vous blâme pas : rien qu’en la rédigeant j’avais le tournis. Si vous avez peur de pas réussir à tout faire – à tout bien faire – vous pouvez toujours vous entourer des bonnes compétences. Recrutez un correcteur professionnel pour relire votre livre, un graphiste pour créer vos couvertures, une photographe pour faire votre portrait d’auteur, un webmaster pour réaliser votre site web et gérer vos réseaux sociaux, un agent pour vous inscrire à des salons, séances de dédicaces et autres rencontres. Tout cela à un prix, mais c’est du temps de gagné. Car à force de vouloir vendre son livre à tout prix, on finit par ne plus écrire. C’est tout le paradoxe de l’écrivain du 21e siècle.

Comment calculer le prix d'un livre ?

6 avril 2020

Éditeurs, comment diversifier vos revenus ?

6 avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *