Plateformes d’autoédition : stop aux idées reçues

Avec la démocratisation de l’autoédition, les plateformes web d’accompagnement aux auteurs se multiplient. Grands groupes internationaux, start-up en quête de financement, petites boites françaises indépendantes, on en dénombre actuellement une bonne vingtaine qui propose leurs services en France. Il y a dix ans, elles y émergeaient à peine sous l’impulsion du géant de l’internet américain qui s’apprêtait à devenir la société la plus riche du monde – pour ceux qui sortiraient d’une sieste de plusieurs années, il s’agit du 2e « A » des « GAFA », pour ne pas le citer.

Leurs succès, les plateformes d’autoédition le doivent à notre envie irrésistible d’écrire. Ne dit-on pas qu’il y a plus d’écrivains que de lecteurs dans l’Hexagone ? Quand on sait que 2,5 millions de livres attendent désespérément d’être publiés en librairie, je me dis que c’est plutôt vrai. Et quand on sait que seuls 500 de ces livres seront publiés par un éditeur à compte d’éditeur, je me dis que les élus sont trop rares. Ce constat, partagé par des centaines de milliers d’auteurs, a rapidement fait bouger les lignes. Désormais, publier son livre chez un éditeur se révèle une voie parmi d’autres et opter pour l’autoédition n’est plus considéré comme un péché capital. Mieux, les idées reçues et autres préjugés concernant cette pratique se perdent progressivement au rang de légendes urbaines.

Mon livre sera commercialisé uniquement sur la plateforme d’autoédition !

Ce sera le cas si vous publiez votre livre chez Amaz** (le fameux 2e « A » des « GAFA ») ou sur d’autres plateformes d’autoédition dont le modèle est simple – et pas si nul puisqu’il est souvent gratuit pour l’auteur. Vous devez simplement tout faire vous-même et, logiquement, reverser aux plateformes une partie de vos dividendes sur les ventes.

Mais si vous optez pour d’autres plateformes d’autoédition, votre livre peut être commercialisé dans de nombreux points de vente. Je vous conseille de vous tourner vers une plateforme ayant signé un partenariat avec Hachette Distribution ou avec le réseau Dilicom. Celles-ci sont payantes, c’est vrai, mais votre livre sera distribué dans des milliers de librairies à travers la France, voire dans le monde. J’ai bien dit « distribué » et pas « diffusé ». Le jour où une plateforme d’autoédition assurera la diffusion de votre livre, vous ne paierez pas quelques centaines d’euros mais bien quelques milliers d’euros pour être publiés !

Stop aux idées reçues : en optant pour certaines plateformes d’autoédition, vous pourrez commercialiser votre livre sur leur site Internet mais aussi sur de nombreuses autres librairies.

Je vais galérer 10 jours devant mon écran d’ordinateur pour publier mon livre !

Ce sera le cas si vous publiez votre livre avec une plateforme d’autoédition dont le business model repose sur votre capacité à être autosuffisant. Dans « autoédition », il y a « auto » pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué. De là à avoir besoin de 10 jours pour publier votre livre… Certains auteurs sont capables de le faire en une demi-journée, pourquoi pas vous ? Par ce que vous êtes allergiques à internet ? Parce que vous n’avez pas la patience ? Je l’entends.

Dans ce cas, tournez-vous vers une plateforme d’autoédition qui propose un service d’accompagnement aux auteurs. Là aussi, qui dit service, dit service payant – faut bien nourrir les petites voix qui souffleront de bons conseils à vos oreilles.

Stop aux idées reçues : en optant pour certaines plateformes d’autoédition, vous pourrez publier votre livre facilement en étant accompagné dans toutes les étapes d’autoédition de votre livre.

Si j’autoédite mon livre, ce n’est pas pour m’engager contractuellement avec une plateforme !

Lorsque vous autoéditez votre livre, par définition vous le publier vous-même, même si vous passez par les services d’une plateforme d’autoédition. Vous conserverez donc, dans la grande majorité des cas, 100% des droits sur votre livre. Cela vous permettra notamment de pouvoir quitter la plateforme avec laquelle vous travaillez, quand vous le souhaitez, pour éditer par exemple votre livre avec un éditeur à compte d’éditeur. Vous pourrez même négocier vous-même la vente de votre intrigue aux réalisateurs qui auraient jetés leur dévolue sur elle, sans avoir des comptes à rendre à personne !

Stop aux idées reçues : en optant pour certaines plateformes d’autoédition – la majorité d’entre elles – vous ne serez pas engagé contractuellement.

Sur la plateforme, mon livre sera perdu au milieu d’un océan de médiocrité littéraire !

Par définition, l’autoédition laisse sa chance à n’importe quel auteur d’être publié en librairie. Votre livre, quelles que soient ses qualités intrinsèques, se retrouve donc potentiellement au niveau de n’importe quel autre, mauvais ou non, bourré de fautes ou non, bien écrit ou non, intéressant ou non. C’est surtout le cas lorsque vous publiez votre ouvrage sur une plateforme d’autoédition gratuite. Et pour cause, un auteur qui a conscience des lacunes de son livre ne souhaite pas investir un sou dans sa publication !

En revanche, en optant pour une plateforme d’édition payante, un écrémage se fait naturellement. Seuls les auteurs convaincus de la qualité de leur œuvre investissent dans sa publication pour se donner un maximum de chance de le vendre. On peut donc dire, sans trop se tromper, qu’en optant pour une plateforme d’autoédition payante, votre livre sera commercialisé au sein d’un catalogue de livres de plus grande qualité.

Stop aux idées reçues : en optant pour certaines plateformes d’autoédition, votre livre se retrouvera aux côtés d’ouvrages à la qualité parfois surprenante, et souvent aussi bons que les productions de certains éditeurs à compte d’éditeur.

Pour avoir une réponse à mes questions, je devrai me contenter d’une page web FAQ !

Ce sera souvent le cas, en effet, mais pas toujours ! Sur les plateformes d’autoédition, le FAQ – ou Foire Aux Questions – est une page internet où sont listées les questions les plus fréquemment posées par les internautes. Toutes les plateformes en possèdent uns. Si, pour de nombreuses, il fait office de service avant, pendant et après-vente, pour d’autres, il s’agit d’un simple complément d’informations, dont l’objectif est d’éclairer la lanterne des internautes. Rappelez-vous, certaines plateformes d’autoédition proposent un service d’accompagnement personnalisé. Vous profiterez ainsi d’un interlocuteur dédié durant toutes les étapes de votre projet. Plutôt que de lire une page FAQ vous pourrez donc lui poser vos questions par mail, voire le contacter directement au téléphone. Plutôt chouette, n’est-ce pas ? C’est tellement mieux lorsqu’on a une épaule – humaine – sur laquelle se reposer !

Stop aux idées reçues : en optant pour certaines plateformes d’autoédition, vous pourrez publier votre livre facilement en étant accompagné dans toutes les étapes d’autoédition de votre livre. Vous ne serez pas seul, avec pour seule compagnie une page FAQ.

Autoédition : faut-il se laisser tenter ?

3 janvier 2022

Interview Marie Libaud-Quoëx, auteure youStory

3 janvier 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *